Tour de France : Froome face à la suspicion "Lance a triché, je ne triche pas. Point final"

Christopher Froome tour de France 2013

Dominateur en montagne, Chris Froome doit faire face à des suspicions permanentes de dopage. Le manager de Sky a avancé une idée pour dissiper le doute : un profil biologique complet des coureurs confié à l'agence mondiale antidopage.Christopher Froome n’a jamais été contrôlé positif. Aucun coureur de Sky n’a jamais été contrôlé positif. Et pourtant chaque performance remarquable en montagne du grimpeur britannique et de ses équipiers suscite des doutes auprès des supporters et des journalistes, marqués par les affaires de dopage qui ont rattrapé tous les cyclistes dominants depuis 20 ans. « C’est triste d’être assis ici au lendemain de la plus belle victoire de ma carrière, un moment historique, et être accuséd’être un menteur et un tricheur,a-t-il expliqué lundi matin en conférence de presse.Ce n’est pas cool. » Quelques minutes auparavant, il avait insisté sur la somme des efforts réalisés pour préparer le Tour de France, la dureté de l’entraînement, le soutien de son équipe : « Je suis fier de ce que j’ai fait. »Le cas Lance Armstrong ayant montré qu’il était possible de contourner sur le long terme les contrôles antidopage, est-il possible de prouver autrement qu’un athlète est propre ou dopé ? L’une des pistes explorées est l’estimation de la puissance des coureurs et la comparaison avec les standards humains. Ancien entraîneur de Festina, Antoine Vayer a calculé dans une chronique pour Le Monde que Chris Froome avait développé une puissance étalon de 446 watts, soit le même niveau qu’Armstrong ou Ullrich en 2003. « Une performance quasi-mutante», disait-il. «C’est de la pseudo-science », avait répondu Dave Brailsford, manager de Sky. « Si on publie les données de puissance des coureurs, personne ne saura vraiment les analyser. On peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres. Et ce sont nos secrets de travail. » Mais les interrogations sont revenues en force après la victoire incontestable de Froome au Mont Ventoux : « J’ai eu cinq minutes de joie et ensuite, place aux questions sur le dopage. C’est vraiment frustrant», a résumé Brailsford.Sommé de jouer la transparence, le boss de Sky a proposé lundi un profil d’athlète complet pour répondre aux critiques. « L’idée serait de publier toutes les données disponibles à un panel d’experts. (…) L’agence mondiale antidopage serait le bon organisme. On donnerait toutes nos informations : les données de puissance, les valeurs sanguines, le poids, tous nos entraînements. Les données seraient analysées de la même façon et on ferait confiance à ces experts. Ils pourraient vous dire si on peut nous croire. » Et Chris Froome pourrait définitivement repousser les comparaisons avec Lance Armstrong :«Me comparer avec Lance n’a pas de sens, a-t-il répondu lundi avant d'aller rouler. Il a triché. Je n’ai pas triché. »

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×