Tour de France - Cavendish aurait mérité d'être déclassé

Troisième à Saint-Malo, et coupable de la chute de Tom Veelers, Mark Cavendish aurait mérité d’être retiré du palmarès de cette 10e étape, selon François-Xavier Rallet. Mais pas d’être exclu forcément.

Mark Cavendich tour de france 2013

L’HISTOIRE DU JOUR

C’était écrit. Au lendemain du premier des deux jours de repos, ce 10e opus se devait de revenir à un sprinter. Le scénario prévu n’a pas dévié d’un iota. Il manquait juste à déterminer le nom du vainqueur. Et du chapeau, c’est le nom de Marcel Kittel qui a été tiré. Si j’avais dû miser – je vais être honnête -, j’aurais placé mes deniers sur Mark Cavendish. Le Britannique n’a pas répondu à mes attentes. Troisième sur la ligne, il s’est surtout fait remarquer avant celle-ci. Et pas forcément en bien. Disons-le, Cavendish a raté son emballage final. Emmené par Geert Steegmans, la fusée d’Omega Pharma n’a pas pu suivre le Belge au moment d’aborder son sprint. Il a rapidement abandonné toute idée de victoire et a même conclu son effort assis.

Le sprint est une jungle, je ne remets pas cela en question. On prend des coups. Parfois, on tombe, parfois, on reste sur son vélo. Les fameux risques du métier. Je m’étonne à chaque arrivée massive qu’il y ait d’ailleurs si peu de chutes. Mark Cavendish a déjà montré dans le passé qu’il flirtait parfois avec la légalité. Il a d’ailleurs laissé échapper un maillot vert à cause de cela il y a peu de temps (remember la 14e étape du Tour 2009). Ce mardi, je ne vais pas lui incomber 100% des torts. Ceux-là sont partagés. Certains ont excusé le geste de Cavendish. Beaucoup de sprinters notamment. Mais pour moi, il aurait dû être déclassé de ce 10e opus.

Après s’être relevé, Veelers a effectivement sa part de responsabilité. Il se décale, c’est un fait. En revanche, et contrairement à ce que dit Tom Steels, il est indéniable que le coup d’épaule de Cavendish est volontaire. A mes yeux, il aurait pu esquiver l’écart de Veelers et éviter le crash. Sur Twitter, Cavendish s’est immédiatement excusé. Soit. Encore une fois. Les organisateurs, qui ont fait preuve de clémence, ont décidé de ne pas punir le principal intéressé. De ne pas le punir du tout. Peut-être car le pire a été évité. Malgré son impressionnant carambolage Veelers s’en tire très bien. Il n’a embarqué personne dans sa chute. Cela aurait pu être pire. La prochaine fois, en revanche…

epaule contre epaule tour de france

Source : yahoosport.fr

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×