Roland-Garros - Tsonga, c'est du sérieux

Jo-Wilfried Tsonga n'a pas fait de détail au quatrième tour face à Viktor Troicki, dimanche à Paris (6-3, 6-3, 6-3). Encore une fois très solide, il défiera Roger Federer en quart de finale, stade de la compétition qu'il atteint pour la seconde année consécutive à Roland-Garros.

tsonga (1)

Quatre tours sans perdre un set, c'est du jamais vu pour Jo-Wilfried Tsonga en Grand Chelem. Dimanche, le huitième joueur mondial a démontré à Viktor Troicki qu'il était un très sérieux client en expédiant son huitième de finale en moins de deux heures de jeu (6-3, 6-3, 6-3). En quart de finale pour la seconde année consécutive à Paris et pour la dixième fois de sa carrière en Grand Chelem, le Français affrontera Roger Federer pour essayer de rallier sa première demi-finale à Roland-Garros.
Face au Serbe, le protégé de Roger Rasheed avait toutes les garanties en main pour assurer une victoire rapide et rondement menée. Bien sûr, personne n'est à l'abri d'un coup de mou et d'un adversaire en totale réussite, mais le 57e mondial était assez loin du niveau de jeu d'un Wawrinka ou d'un Del Potro, deux joueurs qui ont battu Tsonga par le passé avant les quarts de finale à Paris. Pour sa deuxième apparition à ce stade de la compétition en Grand Chelem, Troicki n'a pas fait illusion longtemps.
Six quarts de finale sur les huit derniers tournois majeurs
Rapidement, le Français a fait la différence en breakant d'entrée de partie. Le premier set en poche après 26 minutes de jeu (6-3), Tsonga a ensuite enfoncé le clou en deuxième manche en prenant deux fois le service de son adversaire qui ne pouvait exprimer que de la frustration à défaut de résistance. Avec seulement trois balles de break à exploiter de toute la partie, le Serbe n'a fait que subir, comme lors de ses précédentes défaites lors des deux confrontations sur terre battue face au Tricolore à Rome en 2010 et 2012. Deux chiffres pour illustrer cette domination : avec 75% de réussite sur ses mises en jeu et 30 points de plus inscrits, Tsonga a été injouable.
Appliqué, sérieux, expéditif, le jeu du Manceau cette année à Paris a de quoi impressionner. Même si Troicki était l'adversaire le moins bien classé des joueurs qu'il a eu à affronter au quatrième tour à Paris, le Français dégage une sérénité qu'il n'avait pas les années précédentes. Il faut dire que depuis deux ans, il est toujours au rendez-vous des quarts de finale dans les tournois majeurs, à l'exception de deux "accidents" à Melbourne (en huitièmes contre Kei Nishikori) et New York (au deuxième tour contre Martin Klizan) en 2012. Il ne lui reste plus qu'à confirmer cette impression au prochain tour, après être passé à un point de la victoire l'an passé face à Novak Djokovic. Trente ans après la victoire de Noah, sa portée n'en serait que plus belle.

 

Source : Yahoosport.fr

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×