Roland Garros - Nadal ne sera pas protégé

Le directeur du tournoi Gilbert Ysern a rendu le verdict tant attendu. Rafael Nadal ne bénéficiera pas d’un statut protégé lors de Roland-Garros.

Rafael Nadal

La décision était attendue depuis plusieurs jours. En fait, depuis la défaite de Nadal en finale de Monte-Carlo face à Djokovic (6-2, 7-6). Par la voix de son directeur général Gilbert Ysern, la Fédération française de tennis, longtemps hésitante, a fini par trancher. Le sextuple vainqueur de Roland-Garros, ne bénéficiera pas d’un statut de tête de série meilleur que celui que son classement (5e actuellement à l’ATP) ne lui autorisera pour l’édition 2013. La perspective de retrouver l’Espagnol face au Serbe, numéro un mondial, dès les quarts de finale, est donc bel et bien toujours envisageable.

Dans un entretien accordé à L’Equipe, Gilbert Ysern a rendu son verdict. "Après avoir pesé le pour et le contre, on a décidé de ne pas toucher à l’ordonnancement des têtes de série." Cette idée a pourtant longuement germé dans l’esprit des décideurs du tournoi. Officiellement "parce qu’au vu de ce que représente Nadal à Paris, soit le meilleur joueur de l’histoire du tournoi, il nous apparaissait incongru qu’il arrive ici avec le dossard 4 ou 5". Une manière indirecte d’éviter au Majorquin un potentiel quart de finale contre l’un des cadors du circuit, Djokovic, Murray ou Federer.

"Nadal n’a jamais rien demandé"

Mais face à l’incompréhension de nombreux suiveurs, la FFT a fait machine arrière. A regret. Car "on évoquait un tripatouillage du tableau. Ce qui devait être un symbole fort, en fait un hommage, était assimilé à de la basse cuisine." Ce dont il se défend. Avoir Nadal face à Djokovic dès les quarts de finale "ne me posait aucun problème. Au contraire, ça animerait formidablement bien le milieu de la deuxième semaine. Et puis, le tournoi est bien plus fort que ça."

Avant de rendre publique la décision, Gilbert Ysern a pris le soin de consulter "joueurs, organisateurs, observateurs du circuit. Les avis étaient très partagés." Tout en oubliant pas de dédouaner le principal intéressé. "Je tiens à préciser que Rafael Nadal, lui, n’a jamais rien demandé."Pendant ce temps, l’ancien numéro un mondial poursuit sa préparation. Il lui reste deux tournois, les Masters de Madrid et de Rome, pour performer et éventuellement grimper dans la hiérarchie avant le tirage au sort de Roland-Garros. La place de numéro 4 à l’ATP peut encore être accessible.

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×