ATP - Madrid - Nishikori s'offre Federer

Sensation à Madrid : Kei Nishikori a éliminé Roger Federer en huitièmes de finale (6-4, 1-6, 6-2). Le pari du Suisse après sept semaines de pause a fait flop pour le moment.

Nishikori tennis

Après la défaite de Novak Djokovic, le tournoi de Madrid a subi son deuxième séisme de la semaine : Roger Federer, tenant du titre, a été éliminé en huitièmes par Kei Nishikori (6-4, 1-6, 6-2) en 1h34'. Le Suisse, de retour après une blessure au dos à Indian Wells et une pause volontaire de 7 semaines, a payé le prix fort pour son manque de compétition. Le Japonais, lui, a pris la roue de Grigor Dimitrov et confirmé que les griffes de la nouvelle génération se sont acérées.

Alors que tous s'étaient unis pour dire que le retour à la compétition de Federer avait été convaincant face à Radek Stepanek, Nishikori a ouvert les yeux du plus grand nombre : non, le Suisse n'est toujours pas bien cette saison. Cet excellent contreur a dès le premier set mis au jour les soucis du n°2 mondial jeudi : un peu plus lent que d'habitude, il a subi l'agressivité adverse sans pouvoir trouver ses repères ni son rythme. Si son service a tenu, son revers l'a en revanche totalement lâché, et les bois se sont enchaînés. Alors quand il a baissé sur sa mise en jeu à 2-2, il l'a payé tout de suite. Derrière, le Japonais a prouvé ses progrès en ne craquant pas nerveusement sous la pression. Il a servi à 5-4 pour le set et a été le chercher avec autorité. Forcément Federer s'est révolté et a appuyé sur l'accélérateur, coupant dans les fautes, retrouvant un coup droit meurtrier et un jeu de jambes plus intense (6-1). Alors comment a-t-il replongé si vite ?

Federer, pari perdu

C'est pourtant lui qui a eu les premières occasions en début de manche décisive, mais il n'a pas réussi à assommer la résistance et de manière inconcevable c'est aussi lui qui s'est frustré et a coulé en enchaînant les fautes sans réaction. Nishikori a eu du cran : il est rentré dans la balle comme un beau diable, a fait des ravages avec son revers croisé et a infligé au Suisse des droite - gauche d'école. Les jambes de Federer, tout autant que ses intentions, ont alors abdiqué. Roger Federer a perdu à Madrid un titre et la deuxième place mondiale. Solide mais battu à Melbourne, franchement moyen à Dubaï contre Berdych et à côté de la plaque à Rotterdam contre Julien Benneteau, il avait vu son dos dire stop à Indian Wells. Prendre sept semaines de pause ensuite était un pari. Federer l'a perdu à Madrid. A-t-il déjà la tête et donc la préparation plus à Wimbledon qu'à Roland-Garros ? Il reste que Nishikori a appuyé là où ça fait mal. Parce que s'il s'était arrêté deux semaines pour soigner son dos, il avait affirmé avoir enchaîné les séances d'entraînement depuis. Cela ne remplace pas la compétition, mais cela aurait dû le faire arriver en meilleure forme à Madrid. Or il a semblé plus rouillé que frais jeudi. Un vent de folie souffle sur Madrid.

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×