Un joueur de football mondialement connu meurt à 30 ans

Putain de destin. En plein lundi de Pentecôte, la nouvelle est tombée sans prévenir : Cheick Tioté, trente ans, est décédé à la suite d'un malaise cardiaque à l'entraînement à Pékin où il évoluait depuis quatre mois. S'il est difficile d'expliquer l'inexplicable, il convient de ne pas oublier Cheicky.

Il y a des moments où l’on se sent tous aussi impuissants que ce pantin de Travis Clark, où l’on encaisse les coups de la vie sans vraiment pouvoir dire grand-chose, ni comprendre grand-chose. Rien ne devait se passer comme ça. Le mot « crise cardiaque » ne doit, rationnellement, pas se scotcher au destin d’un homme de trente ans, d'autant plus lorsque celui-ci s’apprête à être père quelques jours plus tard. Bref, définitivement, on sait que la vie n’a pas de règle et c’est finalement sans aucun doute le jeune défenseur de Newcastle Chancel Mbemba qui a le mieux résumé le sentiment général : « Je suis K.O. J’ai envie de me réveiller et d’apprendre que c’est un cauchemar. » Voilà, l’uppercut a été reçu en plein lundi de Pentecôte, comme ça, alors que le soleil nous frappait la gueule. Cheick Tioté s’en est donc allé, brutalement, une heure après s’être effondré lors d’une séance d’entraînement à Pékin à la suite d’un malaise cardiaque. Comme Marc-Vivien Foé, comme Antonio Puerta, comme Patrick Ekeng, comme Goran Gojić, comme entre 1000 et 1500 sportifs – amateurs ou professionnels – chaque année en France. Il est difficile d’expliquer l’inexplicable et, parfois, il n’y a pas assez de mots. Tioté s’est donc éteint là où il aurait presque voulu le faire : sur un terrain de foot.

 

Le drame dans le drame

Comme s’il cela ne suffisait pas, Siaka Tiéné, son ancien partenaire en sélection, a débarqué au micro de SFR Sport dans la soirée de lundi. Pour rendre hommage, raconter la tristesse ressentie au moment de l’annonce à Abidjan, parler du « battant, guerrier » qu’était Cheick Tioté sur un terrain, mais aussi pour livrer une précision dramatique : « Sa femme est enceinte, elle devait accoucher aujourd’hui ou demain, elle n’est pas encore au courant. Sa famille lui a enlevé son téléphone, il faut qu’elle se repose. » Un drame dans le drame. Alors, c’est aussi le moment de se rappeler qui était Tioté sur un terrain. Soit, un patron, une gueule indissociable du Newcastle des années 2000 où il avait débarqué en 2010 après avoir remporté le championnat des Pays-Bas avec le FC Twente de Steve McClaren. L’international ivoirien (55 sélections) sera resté un peu moins de sept piges chez les Magpies, aura connu l’ère Pardew et la descente aux enfers du mythe Newcastle. Peu importe, il était Newcastle, dans tout ce que cela peut représenter. Tioté, c’est aussi l’histoire d’une quête, de la traque d’un prodige repéré dès 2008 par l’ensemble des scouts de Premier League lors d’un prêt à Roda JC, alors qu’il appartenait encore à Anderlecht. Pour s’en convaincre, certains fileront même observer le milieu de poche lors d’un match de tour préliminaire de C1 où l’Ivoirien avait éteint le Robin van Persied'Arsenal sur deux manches malgré l’élimination finale du FC Twente.

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×