Ligue 1 - Zlatan-Rooney, c'est séduisant

Au sortir d’une saison mitigée avec MU, Rooney pourrait rallier le PSG. Où il apporterait un profil complémentaire d’Ibrahimovic pour former un duo prometteur.

Zlatan et Rooney

Wayne Rooney bientôt parisien, l’hypothèse s’est renforcée ces dernières heures. Comme le révélait L’Equipe mercredi, l’attaquant de Manchester United (27 ans) est la priorité du PSG pour renforcer son secteur offensif et s’est montré sensible au projet parisien. Après avoir officiellement demandé à quitter le champion d’Angleterre en titre, même si Sir Alex Ferguson a assuré qu’il ne le laisserait pas partir, Rooney pourrait bien débarquer dans la capitale dans les semaines à venir. Une piste de recrutement qui pose question, tant l’international anglais (81 sélections, 35 buts) a laissé une impression mitigée au terme d’une saison sans relief. Il a changé de statut depuis l’arrivée de Robin van Persie. Débarqué l’été dernier en provenance d’Arsenal, le Néerlandais s’est immédiatement imposé comme la principale arme offensive de MU et a relégué Rooney au second plan. Ce que l’ancien d’Everton n’aurait pas bien vécu, expliquant en partie son spleen et son désir d’aller voir ailleurs lors du prochain mercato. Moins tranchant dans les trente derniers mètres adverses et moins inspiré qu’à l’accoutumée, il a perdu de son importance dans le dispositif mancunien au cours de cet exercice en demi-teinte. En conflit ouvert avec Ferguson, il a vécu des tribunes la réception de Norwich, dernier match du manager écossais à Old Trafford. Rooney avait déjà enduré un tel affront en huitième de finale retour de la Ligue des champions contre le Real Madrid (1-2), losqu'il avait débuté sur le banc. Cela n’a pas empêché l’ancien d’Everton de compiler de bonnes statistiques (16 buts et 15 passes décisives en 37 apparitions toutes compétitions confondues en club). Mais il n’est plus indispensable au bon fonctionnement des Red Devils. Ferguson, qui n’a jamais digéré la bouderie de son joueur à l’automne 2011 pour obtenir une substantielle revalorisation salariale, le lui a bien fait sentir. Rooney : 82,6% de passes réussies

Remis en cause par ses supporters, qui l’ont sifflé lors de la remise du trophée de champion d’Angleterre en raison de son comportement parfois lassant et de ses performances moyennes, Rooney l’est aussi pour son hygiène de vie. Blessé à trois reprises au cours de la saison, pour une indisponibilité totale de plus de deux mois, "Shrek", comme il est parfois surnommé outre-Manche pour son physique disgracieux, traîne son surpoids sur les pelouses de Premier League. Son état de forme douteux a influé sur ses performances sportives et il devra retrouver pleine possession de ses moyens pour apporter une vraie plus-value au PSG. Mais l’Anglais resterait une recrue de premier choix pour le tout récent vainqueur de la Ligue 1. Au fil des saisons, Rooney a étoffé sa palette technique et son champ d’action sur un terrain. Au-delà d’être un simple buteur, il participe activement à la construction du jeu et a reculé d’un cran dans son positionnement. Désormais utilisé en priorité comme attaquant de soutien par Ferguson, il s’y épanouit pleinement."J'aime beaucoup mon nouveau rôle", avait-il notamment lâché sur son compte Twitter après une victoire sur Newcastle en octobre dernier. Aussi capable d’évoluer sur un côté ou dans un rôle de relayeur, Rooney donne la pleine mesure de son talent et de sa vision du jeu derrière une pointe. Avec un taux de passes réussies de 82,6%, un excellent ratio pour un joueur touchant une majorité de ballons dans le camp adverse, il se présente comme le parfait playmaker que recherche le PSG. Hormis Javier Pastore, le club parisien manque de créateurs dans son effectif. Sur le papier, son association avec Zlatan Ibrahimovic pourrait faire des étincelles. Les deux joueurs offrent des profils très complémentaires et semblent faits pour s’entendre sur le terrain. Même si leurs deux forts caractères pourraient aussi leur valoir quelques accrochages. Rooney plus complémentaire d’Ibra que Cavani A priori, le PSG a jeté son dévolu sur le Mancunien pour l’associer à l’attaquant suédois. Même si ce derniersouffle le chaud et le froid sur son avenir, il est parti pour rester une saison supplémentaire dans la capitale. Les dirigeants parisiens ne préparent pas l’après-Zlatan en accélérant sur le dossier Rooney, mais planchent bien sur le présent. Ils avaient également noué des contacts avec Edinson Cavani. Comme d’autres attaquants sur le marché, à l’instar d’Edin Dzeko, le meilleur buteur de la Serie A avec Naples (29 réalisations) ne donne pas les mêmes garanties de compatibilité avec Ibrahimovic, point d'ancrage à même de conserver le ballon dos au but et de finir les actions. Avec Rooney, dont les qualités de combattant ne sont plus à prouver, le PSG pourrait bien tenir le joueur idéal pour faire franchir un nouveau cap au club la saison prochaine, notamment en Ligue des champions. A condition que l’Anglais profite de son passage dans la capitale pour renouer avec son tout meilleur niveau.

Source : yahoo sport.fr

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×