Ligue 1 - L’OM s’assure le podium et fait patienter le PSG

Vainqueur du TFC (2-1), l’OM est sûr de terminer sur le podium et disputera, au moins, les préliminaires de la C1. Le PSG doit gagner à Lyon pour être sacré.

OM TFC 2013 Valbuena Gignac

Et de dix qui font un podium ! Vainqueur de Toulouse (2-1) au stade Vélodrome, l’Olympique de Marseille a signé samedi un dixième match sans défaite en Ligue 1. Ce qui permet à l'OM de consolider sa deuxième position et sa place sur le podium, dont il ne descendra plus d’ici le baisser de rideau de l’exercice 2012/2013. Conclusion : les Phocéens disputeront, au minimum, les tours préliminaires de la Ligue des Champions. Accessoirement, cela retarde - pour un jour supplémentaire ou plus - le sacre du PSG. Les Parisiens ne possèdent à cette heure plus "que" quatre longueurs d’avance sur les hommes d’Elie Baup. Une victoire parisienne à Gerland est donc impérative pour un couronnement ce week-end.

Samedi, les Marseillais ont gagné par un but d’écart. Comme d’habitude (ndlr : c'est arrivé dix-huit fois en 2012/2013). Ce succès, les Phocéens le doivent à André Ayew, réaliste et auteur de son premier doublé en Championnat de France cette saison. Mais pas à une partie flamboyante. En première période, Toulouse a gêné les Marseillais. Ces derniers, comme souvent, ont patienté et, à quelques encablures du retour aux vestiaires, pris l’ascendant sur le 3-5-2 du TFC. Un centre de Mathieu Valbuena et le timing au poil d’André Ayew, auteur d’un splendide coup de tête (1-0, 45e), ont fait le reste.

Ben Basat relance Toulouse

Cette ouverture du score a déridé Marseille et quelque peu cassé les pattes toulousaines, qui ont globalement subi en seconde période. André Ayew en a profité pour doubler la mise à l’heure de jeu, sur un service de Morgan Amalfitano (2-0, 62e), qui avait touché du bois quelques secondes plus tôt. Par la suite, l’OM a paru tranquille jusqu’à ce qu’Eden Ben Basat ne vienne tromper Steve Mandanda d’une frappe croisée (2-1, 82e). Le TFC s’est réveillé. Mais l’OM n’a pas cédé, offrant à la Ligue 1, au moins, vingt-quatre heures supplémentaires de "suspense" dans la course au titre.

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×