Italie : Un match arrêté après 22min...Menacée par ses propres fans, une équipe simule des blessures pour arrêter un match

L’histoire serait presque drôle… Elle raconte un match entre Salernitana et Nocerina censé se tenir ce dimanche et qui n’a pas eu lieu. La faute à 3 changements, des "blessures", un avion au-dessus du stade et des fans peu commodes.

Les joueurs ont d’abord refusé de rentrer sur le terrain mais, après un retard de 45 minutes, ont finalement accepté de démarrer la rencontre… avant de mettre en place une stratégie bien étrange. Au bout de 50 secondes, l’entraîneur a ainsi effectué ses trois changements. Et au bout de 20 minutes de jeu, cinq autres de ses joueurs étaient blessés, obligeant l’arbitre à arrêter le match car on ne peut pas jouer à six.

« Les faits ont causé de graves dommages au football et à la Lega Pro », a expliqué le président de la Lega Pro (qui organise les championnats de 3e et 4e divisions italiennes), Mario Macalli. « Il y aura des poursuites contre les délinquants qui ont proféré les menaces et contre ceux qui ont fait du cinéma sur le terrain ».

Un bus qui ne s'ouvre pas et un avion qui décolle
Certes, leurs joueurs sont entrés sur la pelouse, mais pas pour longtemps. Car après moins de 50 secondes de jeu, l’entraîneur des visiteurs a déjà effectué ses trois changements. Moment attendu par ses hommes pour commencer à simuler des blessures au moindre contact. S’ensuit alors une parade surréaliste, animée sans sourire aucun par des jeunes sportifs soudain devenus boiteux et qui sautillent jusqu’à leur banc de touche pendant qu’un avion tirant une banderole marquée des mêmes mots que leurs tuniques passe au-dessus des tribunes. Les interdis de stade ont en effet dégagé les fonds nécessaires pour rendre aérien leur « respect pour Nocerina ».

Démissions et commission de discipline
L’affaire du derby de la honte ne s’est tout naturellement pas arrêtée au terrain. L’ensemble du conseil d’administration de Nocerina a démissionné et l’entraîneur devra justifier des raisons qui ont motivé ses trois changements en 50 secondes devant la commission de discipline. Optimiste, le directeur sportif du club a tenté de légitimer les choix de son coach en expliquant que les joueurs s’étaient blessés faute d’échauffement suffisant.

 


Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×