Coupe des confédérations. Brésil-Espagne, finale rêvée…

brésil-vs-espagne1

Le symbole est beau, à un an du Mondial-2014 au pays du «futebol»…

Les Brésiliens, doubles tenants du titre, n’ont pas le droit d’échouer face aux champions du monde espagnols, sous peine de décevoir tout un peuple. Dans un pays, secoué par une contestation sociale sans précédent, qui est déjà sous tension.

L’Espagne, elle, veut remporter le dernier trophée qui manque encore dans ses vitrines, après sa défaite surprise face aux États-Unis en demi-finale de la précédente édition en 2009 - son dernier revers en match officiel (!).

Cette affiche Brésil-Espagne, qui apparaît comme une finale de la prochaine Coupe du monde avant l’heure, sera l’occasion de plusieurs duels très intéressants. Tout d’abord sur le banc, entre les sélectionneurs Luiz Felipe Scolari et Vicente Del Bosque, qui ont en commun… la moustache, et un fabuleux palmarès.

Le Brésilien de 64 ans est un obsédé de tactique et a la réputation de mener ses troupes à la baguette ; tandis que l’Espagnol de 62 ans, lui, est un perfectionniste qui parle peu mais pas pour rien, et un fin psychologue capable d’apaiser les tensions Barcelonais/Madrilènes.

Sur le terrain : la performance de Neymar, la nouvelle vedette de la Seleção, sera scrutée de près ; alors que la Roja, avec Iniesta à la baguette, tentera de lui opposer son jeu à une touche de balle. Dans la mythique enceinte de Rio de Janeiro, les deux esthètes se disputeront vraisemblablement le titre de meilleur joueur de la compétition, qui devrait échoir à celui qui brandira le trophée.

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×